Budget: Jacob (LR) dénonce des taux de prélèvements records, Giraud (LREM) nuance (AFP)

PARIS, 14 oct 2019 (AFP) – Le nouveau président des Républicains, Christian Jacob, a dénoncé lundi « les taux des prélèvements obligatoires qui n’ont jamais été aussi élevés », tandis que le rapporteur général du Budget Joël Giraud (LREM) temporise, le point haut ayant été atteint en 2017.

M. Jacob, encore président du groupe LR au Palais Bourbon, l’a martelé sur France Inter: Emmanuel Macron « échoue sur la dépense publique, elle augmente plus rapidement que sous Hollande, il ne désendette pas, les taux des prélèvements obligatoires n’ont jamais été aussi élevés, la compétitivité de nos entreprises se dégrade ».

Les impôts baissent, notamment l’impôt sur le revenu de 5 milliards d’euros, « mais ce qui compte pour les Français se sont les prélèvements obligatoires, c’est ce qu’on retire de leur poche », a insisté M. Jacob.

M. Giraud reconnaît que « les prélèvements obligatoires sont en tendance longue orientés à la hausse depuis 1974 ». « Après avoir atteint un record historique en 2017 à 45,2% du produit intérieur brut (PIB), le taux de prélèvements obligatoires s’est élevé à 45,0% du PIB en 2018 et devrait atteindre 43,8% en 2019 », puis 44% en 2020 du fait du « contrecoup de la suppression du CICE (crédit impôt compétitivité emploi) et de sa bascule en allégements de cotisations sociales », détaille-t-il dans son rapport sur le projet de loi de finances pour 2020, examiné à partir de lundi par l’Assemblée.

Mais en dehors de l’effet CICE, les prélèvements obligatoires baisseraient de près de 10 milliards d’euros entre 2019 et 2020 (de 44,7% à 44,3%) », souligne le rapporteur général du Budget.

Et d’insister: « La mise en oeuvre d’un important programme de baisse d’impôts en 2018 (suppression par étapes de la taxe d’habitation (…), remplacement de l’ISF par un impôt sur la fortune immobilière) s’est poursuivie en 2019, dans un contexte marqué par l’urgence économique et sociale ».

Ainsi, des mesures d’exonérations des heures supplémentaires et une baisse de CSG pour les retraités modestes ont été adoptées, et la hausse de la taxe carbone a été annulée.

Au total, d’après M. Giraud, « la baisse des prélèvements obligatoires concernant les ménages atteint 20,7 milliards d’euros sur la période 2018-2020 ». Pour les entreprises, « la baisse des prélèvements obligatoires est d’environ 6,4 milliards d’euros sur la période 2018-2020, dont une baisse effective d’1,5 milliard d’euros en 2020″… soit « davantage que ce que le Gouvernement annonce (1 milliard d’euros).

reb/adc/ggy/sd

Retrouvez l’intervention de Joël Giraud en discussion générale ici.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*