Biographie de Joël Giraud

Retrouvez ici mon ancien blog et l’ensemble de ses archives.

Carrière administrative

Affecté à l’Inspection Générale des Postes et Télécommunications, il suit l’évolution de cette institution transformée en Conseil Général des Technologies de l’Information jusqu’à son élection en 2002 comme député.

A ce titre, il effectue de nombreuses missions seul ou en mission conjointe avec l’Inspection Générale des Finances dont les principales sont :

  • Redressement des Comptes du Centre National des Valeurs Mobilières à Nancy ;
  • Commissaire aux apports de la Poste lors du changement de statut (sous l’égide du Président de Chambre Michel MAY à la Cour des Comptes)
  • Evaluation des systèmes d’aide au développement dans le domaine des télécommunications mis en place par New ITU of Japan
  • Collaboration avec l’Union Postale Universelle à Berne dans le domaine de la surveillance des « money orders »
  • Nombreuses missions de contrôle sur le respect des obligations anti-blanchiment dans le réseau financier de La Poste (en liaison avec TRACFIN) dont des opérations de blanchiment liées au terrorisme.

Carrière Politique

Élu en 1986 conseiller municipal de l’Argentière-La Bessée lors d’une élection partielle consécutive au décès de son père, maire de la commune, il devient lui-même maire en 1989 de cette commune dévastée par le départ d’une des plus importantes usines d’Aluminium Pechiney, et a été constamment réélu depuis.

En 2002, il devient député PRG de la 2ème circonscription des Hautes-Alpes et est réélu ensuite sans discontinuité sous cette étiquette. En juillet 2016, il rallie le mouvement En Marche d’Emmanuel Macron et est réélu avec le soutien de la République En Marche en juin 2017. Lors de la dernière législature, il est le responsable du groupe RRDP(*) à la commission des finances. Son travail est au demeurant reconnu par les agences citoyennes qui évaluent le travail des parlementaires et il est classé 8ème député le plus « bosseur » de France par le magazine Capital le 13 avril 2017.

De 2004 à 2014, il a également été le vice-président délégué à l’action régionale en faveur du Massif Alpin de la Région PACA.

Il siège aussi dans toutes les instances montagnardes et est élu président de la commission permanente du Conseil National de la Montagne (CNM) en 2012, instance présidée par le 1er Ministre. Il participe à ce titre à l’élaboration de l’acte II de la loi Montagne voté en décembre 2016.

 

(*) Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*