Non les éleveurs victimes de la prédation ne sont pas une « vermine agricole »

brebis prédatées
Le député des Hautes-Alpes condamne fermement les propos irresponsables et irrespectueux de l'association FERUS.

Bien que peu adepte de la vidéo parodiant un groupe terroriste, le député des Hautes-Alpes et Rapporteur général du budget Joël Giraud tient à dénoncer les propos inadmissibles de l’association FERUS qualifiant des éleveurs qui ne demandent qu’une légitime protection de « vermine agricole ».

Faire ainsi fi de la détresse des éleveurs par ces propos ne peut que rajouter de l’huile sur un feu qui couvait déjà.

Devant l’augmentation de la population de loups, le « plan loup »  pourtant bien mieux adapté que son prédécesseur est déjà dépassé. C’est un constat que nous devons tous faire.

Aujourd’hui, la sauvegarde de circuits courts et de qualité dans l’élevage ovin passe par un durcissement de ce plan.

Joël Giraud a personnellement demandé à cette fin le soutien du Ministre de l’Agriculture et sa venue rapide sur le territoire car, dans l’équilibre à trouver, la balance doit pencher en faveur du maintien de l’élevage traditionnel de montagne.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*