Joël Giraud en déplacement à Vichy pour rendre hommage aux courageux parlementaires qui ont refusé de donner les pleins pouvoirs au gouvernement de Pétain en 1940 !

Ce mercredi, à l’invitation de M. Richard Ferrand, Président de l’Assemblée Nationale, Joël Giraud s’est rendu dans le département de l’Allier, pour assister à la cérémonie commémorative en l’honneur des 80 parlementaires qui ont voté contre la disparition du régime républicain le 10 juillet 1940, aux côtés de sa collègue Bénédicte Peyrol, députée de l’Allier. Ce département n’est pas un inconnu pour le rapporteur général des finances puisque, ainsi que l’a rappelé Madame Peyrol « sa chère maman y avait utilisé ses fonctions d’institutrice à la batellerie pour cacher dans son école les enfants juifs que leurs parents jetaient des convois de déportés pour tenter de leur sauver la vie ». Ce projet de loi constitutionnelle, qui avait tout de même été largement adopté, donnait « tous pouvoirs » au gouvernement dirigé par Philippe Pétain, qui venait de signer l’armistice avec l’Allemagne, afin d’établir une nouvelle Constitution et de mettre en place le régime qui allait remplacer la IIIe République. Ce régime a notamment permis l’entrée en vigueur, sans le moindre contrôle parlementaire, de la loi sur le statut des juifs. Ce jour-là, selon Léon Blum, qui vota contre ce texte, « ce qui agissait, c’était la peur, la peur des bandes de Doriot dans la rue, la peur des soldats de Weygand à Clermont-Ferrand, la peur des Allemands qui étaient à Moulins… C’était vraiment un marécage humain dans lequel on voyait à vue d’œil se dissoudre, se corroder, disparaitre tout ce qu’on avait connu à certains hommes de courage et de droiture ». Pour le député des Hautes-Alpes, il est donc absolument essentiel à la fois de rendre hommage à ces 80 sénateurs et députés qui ont su s’opposer au vote de ce texte anti-démocratique mais également de s’en inspirer à l’heure où la montée des populismes de tout poil remet en cause le projet européen et où l’antisémitisme refait surface dans notre pays. C’est d’ailleurs dans l’enceinte de l’opéra de Vichy, là même où ont été votés les pleins pouvoirs constituants en 1940, que Richard Ferrand a prononcé un discours fort dans lequel il a rappelé « qu’en politique, il faut savoir dire ‘non’ ! Non au populisme et à l’antiparlementarisme, non au racisme, non à l’antisémitisme ». Le Président de l’Assemblée nationale a également appelé chacune et chacun d’entre nous à la vigilance et la responsabilité face à « la haine [qui] n’a pas désarmé, [et qui] ne demande qu’à revenir pour semer le chaos ». « Soyons dignes des 80 » a-t-il conclu.

à lire dans la Montagne : https://www.lamontagne.fr/vichy-03200/actualites/le-president-de-l-assemblee-nationale-richard-ferrand-a-vichy-pour-commemorer-les-80-qui-ont-refuse-les-pleins-pouvoirs-a-petain_13603494/

France 3 : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/allier/vichy/vichy-hommage-aux-80-parlementaires-ayant-refuse-pleins-pouvoirs-petain-1697592.html

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*