Inauguration de la Maison de santé de Vallouise-Pelvoux

Pour lutter contre la désertification médicale, le Gouvernement s’est engagé à doubler le nombre de maisons de santé d’ici la fin du quinquennat en y consacrant 400 M € dans le cadre du grand plan d’investissement, pour construire 1000 maisons et centres de santé supplémentaires d’ici 5 ans. Le développement des maisons pluri-professionnelles de santé est un axe fort du plan d’accès aux soins présenté par la Ministre Agnès Buzyn en octobre 2017. En 2018 les montants du soutien financier versé aux maisons de santé pluri professionnelles (MSP), sont en hausse de 96,7% par rapport à l’année précédente, en s’élevant au total à 35,6 millions d’euros. Cette croissance est le fruit de l’accord conventionnel interprofessionnel (ACI) signé le 20 avril 2017, qui pérennise et renforce la rémunération collective du travail en équipe qui fait la spécificité de ces structures.

Les structures d’exercice coordonné constituent une réponse adaptée au déficit d’offre de soins dans les territoires ruraux, via l’amplitude des horaires d’ouverture au public, l’accès à des consultations de soins non programmés, la mutualisation et la coordination entre les différents professionnels de la structure, notamment grâce à un système d’information partagé.

Pour les professionnels de santé, le travail en équipe et l’exercice pluri-professionnel sont particulièrement attractifs, en offrant des dispositifs avantageux et développant leurs connaissances via l’échange avec leurs pairs, mais aussi en permettant une organisation du travail plus souple.

Pour le patient, être suivi par des professionnels travaillant en équipe facilite l’accès aux soins au moment où il en a besoin, et permet d’avoir recours à des expertises diversifiées pour prendre en charge au mieux sa situation. Les MSP et les CDS, grâce à leur taille, leur capacité organisationnelle, leur pluridisciplinarité, leur maillage, favorisent le développement la télémédecine, des protocoles pluri-professionnels, le renforcement des politiques de prévention, ou encore la prise en charge des soins non programmés.

C’est dans le cadre de cette politique menée par la Communauté de communes du Pays des Ecrins pour une plus juste répartition territoriale de l’offre de soin, que, six ans après l’ouverture du Pôle de la Durance de la maison de santé à L’Argentière-La Bessée, a été inauguré le Pôle complémentaire de la Gyronde de la maison de santé à Vallouise-Pelvoux le 7 décembre 2018, en présence de la Préfète Cécile Bigot-Dekeyzer, du député Joël Giraud et du Président du Conseil départemental Jean-Marie Bernard. Ce pôle vise à regrouper des professionnels de santé dans des locaux adaptés et fonctionnels, en intégrant également une pharmacie. Né de l’initiative des professionnels, cette structure vise à pérenniser l’offre de soins, relativement instable depuis quelques années et sera également pilote sur le développement de la télésanté qui prévoit l’utilisation des nouvelles technologies de l’information pour échanger des données médicales et fournir des services de santé.

D’un montant total de 1 456 300 € comprenant l’acquisition des terrains et la construction, la maison de santé a été financée à hauteur de 310 000 € par la Région SUD PACA, 120 674 € par la DETR, 148 234 € par le FNADT et 767 393 € par la Communauté de communes du Pays des Ecrins. La structure comprend notamment 2 cabinets de médecins, 1 cabinet de radiologie, 1 cabinet dentaire, 2 cabinets de kinésithérapeutes, 1 pharmacie, 1 studio pour remplaçants ou stagiaire.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*