Schéma Régional de Santé 2018-2023. PRS 2.

PRS 2

Avis de Joël Giraud Député des Hautes-Alpes, Rapporteur Général des Finances sur le  Projet Régional de Santé

PRS 2 2018-2023

Je tiens à mettre en relief et à demander les modifications pour le Département des Hautes-Alpes des points suivants sur les sujets ci-après :

  • Activité des Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) infanto-juvénile du Briançonnais
  • Les lits de médecine et de SSR du Centre Hospitalier Buëch Durance CHBD à Laragne
  • Fermeture nocturne des urgences du Centre Hospitalier CH d’Embrun
  • Demande de scanner d’Embrun
  • Demandes d’autorisations de cancérologie de la communauté médicale du Centre Hospitalier des Escartons de Briançon CHEB
  • Projet d’unité neuro-vasculaire pour la prise en charge des AVC porté par le CHICAS (n’est pas dans le projet)
  • La coronarographie n’est pas autorisée sur le territoire, dans le contexte actuel de fermeture récente de l’unité de soins intensifs de cardiologie au CHICAS et de pénurie de cardiologues hospitaliers.

1 Activité des Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) infanto-juvénile du Briançonnais

Les activités des soins de suite et de réadaptation sont ciblés pour un rapprochement imposé avec des structures existantes et les SSR privés adultes du sud du département qui doivent être restructurés y compris sur le plan géographique. Ces SSR ont un rôle très important pour  prévenir ou réduire les conséquences fonctionnelles, physiques, cognitives, psychologiques ou sociales des déficiences et des limitations de capacité des patients et pour promouvoir leur réadaptation et leur réinsertion. De plus la notion de temps de parcours doit primer pour que ces fusions éventuelles ne soient pas incompatibles avec le maillage territorial.

2 Les lits de médecine et de Soins de Suite et de Réadaptation SSR du CHBD à Laragne

La création ou le maintien de lits reconvertis pour la géronto-psychiatrie  ou pour un séjour de répit doit être programmé, le Centre Hospitalier Buëch Durance CHBD de Laragne est une structure qui ne peut pas fonctionner sans le maintien de ses lits, aussi bien pour les patients que pour le personnel soignant, mais encore pour l’économie globale de ce territoire.

 3 Fermeture nocturne des urgences du CH d’Embrun

La problématique du service des urgences de l’hôpital d’Embrun dont la fermeture la nuit est programmée doit être revue avec une organisation à construire avec le CHICAS – SAMU 05 et les médecins libéraux pour la permanence des soins afin de continuer à recevoir les patients dans les conditions actuelles.

  4 Demande de scanner d’Embrun

Cette demande est très liée à la précédente car un service d’urgences sans scanner est en réalité une perte de chance dans le diagnostic. L’installation programmée d’un IRM à Briançon doit permettre un transfert de matériel.

5 Les demandes d’autorisations de cancérologie de la communauté médicale du CHEB.

L’autorisation Cancérologie ORL a été confirmée dans le Projet du SROS à  la Clinique des Alpes qui ne la met pas en oeuvre et qui ne prend plus en charge les cancers ORL. Aussi la proposition du GHT Groupement Hospitalier de Territoire Escartons Briançon est de « récupérer » cette autorisation en l’appliquant sur le Département au niveau du GHT. En effet les Hautes-Alpes sont actuellement sans cancérologie ORL alors que les spécialistes sont installés. Par ailleurs le plateau technique et les équipes de ce territoire peuvent assurer de manière pérenne ces soins. De plus ce service serait très utile à l’économie et éviterait le « gaspillage » d’argent lié au transport notamment.

6 Projet d’unité neuro-vasculaire pour la prise en charge des AVC porté par le CHICAS

Il serait indispensable qu’une unité neuro-vasculaire pour la prise en charge des AVC soit étudiée pour être porté par le CHICAS.

7 La coronarographie sur le territoire haut-alpin.

L’autorisation d’un projet de coronarographie au CHICAS  serait de nature indispensable pour répondre en proximité aux besoins de prise en charge aigüe et pour redynamiser l’offre cardiologique du territoire, la difficulté liée à la démographie médicale actuelle  ne pourrait être le motif d’une suppression définitive de coronographie dans les Alpes du Sud.

Joël Giraud Député des Hautes-Alpes met en avant pour l’ensemble de ces points,  l’application de la loi Montagne Acte II qui souligne la nécessité de prendre en compte les spécificités des zones de montagne liés aux besoins de santé des populations, aux spécificités géographiques, démographiques, saisonnières et transfrontalières.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*